Si les images ne traduisent pas vraiment les conditions difficiles affrontées par  nos 8  participants à la randonnée du samedi 23 février, le récit qu’ils en font peine à faire regretter d’être rester au chaud…

Port des GoudesCalanque de MarseilleveyreCalanque de Podestat

Une météo défavorable dès l’arrivée sur Marseille, et des prévisions guère meilleures pour la journée, auront eu raison du programme initialement prévu. Il est prudent et judicieux d’oublier l’île du FRIOUL sous un vent de NO établi (10-12 noeuds) et une température ressentie à peine au dessus de 0°C. Le plan « B » conduira l’équipée un peu plus loin…

« En route pour les GOUDES, les préparatifs et réglages achevés, nous démarrons notre rando vers 10.00. Nous mettons le cap vers l’ile MAÏRE, des » petits creux » de 1 m nous mettent rapidement dans l’ambiance du jour! Quelques surfs dans la passe de MAÏRE/BAIE DES SINGES, nous nous regroupons et faisons cap vers le BEC DE SORMIOU. Longeant les falaises, pour être à couvert du NW qui enjambait allègrement le massif rocheux.
Nous essuyons quelques risées décoiffantes. Les couleurs étaient blafardes, le soleil avait grand mal à se déterminer, mais les paysages toujours aussi grandioses.
Le froid aux mains se fait sentir de plus en plus. Nous allons jusqu’aux émissaires de MARSEILLE et optons pour  un sage retour vers la calanque de PODESTAT, toujours accueillante et sympathique…
Changement de tenue, chacun recherche un peu de chaleur et nous essayons de la noyer dans le vin rouge et UNE et DEUX bouteilles tombent rapidement, une chaleur infime nous envahis si peu que le pique nique, est expédié et nous revoilà dans nos kayaks pour amorcer un retour.
 Le vent de NW est soutenu, de face et soulève un clapot dérangeant la quiche d’ALAIN, les canellés de JOSETTE autres mises en bouche trop rapidement absorbés, qu’ils essayaient de s’y retrouver dans nos estomacs et la piaule!!!
L’effort était consistant, une réchappe par CALLELONGUE abrège les souffrances et les incertitudes, la prudence et la sécurité prend le pas!

 Bravo à tout le groupe pour avoir bravé des conditions MTO incertaines et assez rudes… glagla même!
Gé. »

Au club ce même samedi matin, seuls 3 piroguiers se sont risqués sur l’eau. Restés un peu à l’abri dans la baie et produisant un bel effort physique pour animer leur Va’a, ils n’ont pas pour autant été épargné par le froid. A leur retour, unanimenement, ils disaient: « Brrrr!!!! »…